TURKMEN DESERT RACE - JOUR 4 - MERCREDI 12 SEPTEMBRE

Turkmen Desert Race 2018
Publié le mer 12/09/2018 - 16:50
Google+

IKIUZAK PLAIN - DARWAZA CRATER : 392 KM

DE SURPRISES EN SUPRISES...

La 2ème journée de course a déjà offert son lot de surprise sur la Turkmen Desert Race. Bonnes mais aussi mauvaises pour certains concurrents comme Mathieu Serradori et Fabian Lurquin qui quittent la tête du classement à cause d’une casse. Le spectacle du rallye lui, continue avec une étape riche en paysages pour finir au bord d’un cratère en feu…

LE CHANGEMENT C’EST MAINTENANT !

Partis à 8h du bivouac ce matin, tous les concurrents ont d’abord eu 161 km de liaison à faire afin de rejoindre le départ de la spéciale du jour. Une première partie de matinée goudronnée avant d’attaquer une nouvelle journée de course ensablée mais plus roulante que la veille. Et ils n’étaient que 55 équipages à prendre le départ à 11h30, beaucoup de pertes la veille avec notamment 2 voitures brulées et quelques abandons alors que certains tentent toujours de réparer pour reprendre la course demain. Pour ces 55 véhicules, ce sont des paysages variés et atypiques qui ont bordé les 230,91 km de secteur sélectif. Entre forages de gaz, pistes rapides, ensablées et franchissements, cette spéciale traversait également la « rivière de diamants » baptisée par le directeur de course René Metge, pour finir dans un bivouac à quelques mètres de la « porte de l’enfer » à Darwaza. Site touristique et historique du Turkménistan, il s’agit d’un ancien forage qui s’est effondré au-dessus d’une poche de gaz et qui n’en finit plus de brûler depuis plus de 40 ans.

HUNT S’IMPOSE, NANI TOUJOURS LEADER

Une étape qui a profité à la jeunesse puisque c’est la Peugeot d’Harry Hunt (GBR) et Wouter Rosegaar (NEL) qui s’impose. En 2h36mn, il a mis 2mn39 de moins que la Mini de Nani Roma et Alex Haro (ESP) qu’il a réussi à doubler après 100 km de course. Les 2 équipages ont ensuite roulé ensemble pour franchir la ligne d’arrivée à quelques secondes d’intervalle. A 31 ans, le britannique s’en sort bien puisque la navigation a été particulièrement difficile pour son co-pilote après avoir perdu leur routeur tombé en panne… Puis un problème de pompe à carburant est venu rajouté une difficulté supplémentaire au duo très satisfait d’avoir remporté l’étape du jour.

A la 3ème place, la Mini du Turkmène Hoja Annamammedow termine juste devant le Hummer de Miroslav Zapletal et Marek Sykora (CZE) qui pointe à près de 17 minutes du vainqueur du jour.

Grosse désillusion pour Matthieu Serradori (FRA) et Fabian Lurquin (BEL), leur Buggy MCM n’a pas tenu le rythme. Alors que les vainqueurs de l’Africa Eco Race étaient partis fort pour recoller au leader, une casse les a arrêté. Il leur a fallu 1h pour réparer en plein soleil sous des températures s’élevant à plus de 50 degrés… Une grosse déconvenue pour l’équipage qui prétendait au podium, voire à la victoire et qui dégringole au-delà du top 10.

Le 1er camion est encore Kamaz mais cette fois il s’agit de celui d’Airat Mardeev, Dmitrii Svitsunov et Ahkmet Galiautdinov (RUS) qui prend la 5ème place.

Chez les SSV, le Can-Am de Thierry Pitavy et Gilles Colombet est toujours le plus rapide.

Enfin, le 1er T2 du jour est la Toyota de Yulia Migunova et Igor Petenko (RUS).

Au classement général, Nani Roma garde la tête et compte 9mn24 d’avance sur Harry Hunt.

Fin de journée en chanson avec un nouveau concert et spectacle de danse organisés pour la caravane. De quoi lancer les festivités pour cette soirée particulière, dédiée à Jean-Louis Schlesser. Organisateur emblématique et pilote légendaire, « JLS » fête ses 70 ans aujourd’hui, l’occasion de lui rendre hommage et de recevoir les remerciements des concurrents, fiers de participer à cette nouvelle aventure à ses côtés.

 

DECLARATIONS :

Nani Roma (ESP - MINI) : Les paysages étaient différents d’hier et la piste était très rapide. On a fait les 70 premiers kilomètres à fond mais on pensait bien que Hunt allait nous rattraper. Au kilomètre 130, on a vu Harry derrière, on l’a laissé passer. Puis on a serré les dents pour le recoller et ne plus le lâcher. Mais dans les lignes droites, c’était impossible de doubler, ils allaient très vite, mais on est content, la voiture roule bien.

Harry Hunt (GBR - PEUGEOT) : C’était très bien. Nous avons doublé Nani Roma après 100 km de course et ensuite on a bien roulé. Wouter a fait un job incroyable en navigation malgré nos difficultés. 

Je suis très heureux de cette étape même si nous avons eu un petit problème de pression de pompe qui a duré une bonne partie de la spéciale. Dès qu’on s’est rapproché de Nani Roma, ça allait mieux et nous avons réussi à le doubler avant de se détendre un peu. C’était super bien.

 

Publié le mer 12/09/2018 - 16:50